Actualité

Communications

Partager

Nouvelle étude: l'activité physique réduit le vieillissement

par

La chercheuse Mylène Aubertin-Leheudre, professeure au département des sciences de l’activité physique de l’UQAM et spécialiste des aspects physiologiques du vieillissement et de l’exercice, travaille sur les effets de l'activité physique sur le vieillissement. Elle vient de publier une étude sur l'activité physique et le vieillissement.

« L'espérance de vie augmente: 79 ans chez les hommes et 83 chez les femmes, selon les chiffres les plus récents de Statistique Canada. Mais de meilleures conditions de vie ont beau nous permettre de durer un peu plus longtemps, vieillir est un processus inexorable qui attend chacun de nous. Pour préserver sa qualité musculaire – et sa mobilité –, il faut faire de l'exercice ».

La chercheuse a suivi pendant trois ans des gens de 50 ans et plus qui faisaient de l'activité physique sur une base volontaire dans un YMCA. Autant chez les hommes que chez les femmes, ses résultats ont montré qu'entre l'âge de 50 et 65 ans, les exercices de type résistance, qui consistent à travailler pour gagner du muscle, sont nécessaires pour conserver la masse musculaire. Par contre, à partir de 65 ans, elle a observé qu'il était aussi efficace de faire de l'exercice de type aérobie (marcher sur un tapis roulant ou s'exercer sur une machine elliptique, par exemple) que de faire de la musculation.

«Avec un type d'exercice, on est capable de prévenir deux types de problèmes – maladies cardiovasculaires et perte de qualité musculaire –, voire même trois puisque des études ont démontré que l'aérobie est efficace aussi pour préserver le système cognitif», dit Mylène Aubertin-Leheudre.

Lien vers l'Article